Bienvenue sur

Clermont Tonnerre

Home / Claude-Catherine de Clermont

Claude-Catherine de Clermont

claude

Claude-Catherine De Clermont, Duchesse de Retz (Image: Cabinet des Estampes)

Jeunesse

Claude-Catherine de Clermont, née en 1543, était l’enfant unique de Claude de Clermont-Tonnerre, baron de Dampierre, et de Jeanne de Vivonne, dame d’honneur de Catherine de Medici.

Étant reconnue pour ses aptitudes considérables, elle fut éduquée à Paris, où elle étudia non seulement les langues – le Grec, le Latin et les langues contemporaines, mais aussi l’histoire, les mathématiques et la philosophie.

Elle était célèbre par sa promotion des arts et de la littérature.

Décrite comme pensive et solennelle par ses contemporains, elle est représentée dans leurs peintures comme une femme imposante au regard puissant – cet état d’esprit mature fut probablement la raison pour laquelle elle obtint une place à la Cour de France à un âge précoce.

Elle devint dame d’honneur de Marguerite de Valois, Reine de Navarre et de France, lorsqu’elle était seulement adolescente.

Mariage

Elle maria Jean d’Annebaut, Baron de Retz, lorsqu’elle était adolescente. Il fut tué peu après, à la bataille de Dreux en 1562, lors d’une des nombreuses batailles entre Catholiques et Huguenots qui marquèrent cette période.

Claude-Catherine se maria de nouveau le 4 Septembre 1565, cette fois avec Albert de Gondi (1522-1602). Leur mariage donna au monde quatre fils et six filles.

Mécénat artistique

Ce fut en tant qu’épouse d’Albert qu’elle devint reconnue en France comme une patronne de la société éduquée, entretenant certains des poètes et savants les plus reconnus de son époque. Philippe Desportes, Étienne Jodelle, Jean-Antoine de Baif et Pierre de Ronsard – tous renommés pour leurs poèmes bucoliques – étaient des réguliers des soirées du beau monde artistique à la résidence de campagne de Claude-Catherine à Noisy.

Elle faisait aussi la promotion des positions d’autres femmes éduquées comme Marguerite de Valois, Henriette de Clèves et Hélène de Surgères. Ses amies la nommèrent Dyctinne, d’après la célèbre représentation du poème contemporain ‘Le Séjour de Dyctinne et des Muses’.

Cependant, Claude-Catherine se fit un nom non seulement dans les arts mais aussi dans d’autres domaines – elle fut active dans les relations étrangères du royaume de France.

Relations étrangères

Lorsqu’un ambassadeur polonais demanda une audience au duc d’Anjou de la part du roi polonais en 1573, Claude-Catherine parla en latin aux hôtes de la part de la reine mère. Elle était âgée de vingt-six ans à l’époque. L’ambassadeur-en-chef polonais, l’archevêque de Guesme, la nomma ’la merveille de la cour de France’.

Elle participa aussi activement aux débats à l’académie du palais. Sans surprise, Claude-Catherine était une personnalité plus complexe que ses contemporains ne le devinaient.

Engagements politiques

Selon les rumeurs contemporaines, elle était active parmi les courants politiques extrêmes. Dans cette époque de paranoïa religieuse omniprésente, les rumeurs suggéraient qu’elle avait des sentiments sympathiques aux protestants. D’autres disaient qu’elle faisait partie d’un complot contre Charles IX de la maison de Valois, dirigé par les comtes de la Mole et de Coconnas en 1574.

Ces accusations sont d’autant plus graves que son époux, Albert de Gondi, montra des sentiments égaux en intensité, mais orientés dans la direction opposée.

Il fut accusé d’avoir pris parti au massacre de la Saint-Barthélemy en 1572, lorsqu’un groupe secret loyal au roi organisa une série d’assassinats visant les Français Huguenots (De Gondi fut nommé maréchal de France en 1573 ; en 1581 ses terres furent élevées au niveau ducal).

Cependant, malgré ces rumeurs politiques, Claude-Catherine de Clermont resta admirée jusqu’au 18 février 1603. Un admirateur, le maréchal de Castelnau, la mentionna dans ses mémoires :

‘Claude-Catherine était la plus belle, la plus spirituelle et la plus savante des femmes de la cour royale. Elle attirait les regards et les meilleurs souhaits de tous.’

Dernières nouvelles

>> <<