Bienvenue sur

Clermont Tonnerre

Home / Louise de Clermont-Tonnerre

Louise de Clermont-Tonnerre

2

Louise de Clermont, Comtesse de Tonnerre, (1504-1596), domaine public.

Jeunesse

Louise de Tonnerre, née en 1504, était la fille de Bernardin de Clermont et d’Anne de Husson, comtesse de Tonnerre.

Son frère, Antoine III de Clermont, hérita du domaine principal de la famille en 1540 – notamment il reçut les terres d’Ancy-le-Franc où il entama la construction d’un magnifique château. Louise reçut le reste des terres.

Une passion pour la chasse

Louise était une femme de caractère, vigoureuse, bien éduquée et très indépendante. Ses contemporains écrivent qu’elle préférait la chasse ou les festins aux activités féminines traditionnelles de l’époque.

Elle entra la cour de France en tant que dame d’honneur de Louise de Savoie, mère du roi François I. Elle y fut éduquée et se passionna pour les arts et la littérature.

Elle assista au mariage d’Henri, duc d’Orléans (le second fils de François I) et de Catherine de Medici en 1533, s’intégrant à l’élite de la noblesse française.

Cependant, suite à son premier mariage à Jean du Bellay – cousin du célèbre poète Joachim du Bellay – elle retourna en Bourgogne et rentra rarement à la cour.

Lorsque du Bellay mourut en 1556, Louise se remaria, cette fois à Antoine de Crussol, duc d’Uzès. Mais son second mariage, qui fut de nouveau sans enfants, changea peu à sa vie.

Le raffinement de la Renaissance

Louise unifia en elle la vigueur célébrée de ses ancêtres et le raffinement artistique qui se répandait en France en cette période de transformation culturelle de la Renaissance.

Louise était aussi décrite comme excessivement fière, et elle dépensa ses finances à reconstruire le château de Maulnes. Dans une des tours du château, elle fit placer des gravures de têtes de chiens au-dessus des fenêtres en hommage à son amour de la chasse.

Elle s’intéressait aussi à la vie de ses sujets. Elle contribua aux coûts du portique de la cathédrale de Notre-Dame de Tonnerre et à la décoration de l’auberge d’Uzès à Tonnerre. Elle donna aux habitants de Tonnerre le droit d’élire un maire en 1592. Elle aida aussi l’hôpital de Fonteneilles.

Mesures impopulaires

Néanmoins, elle était extrêmement impopulaire parmi ses sujets. Elle prenait leur vin et leur bétail sous prétexte d’impôts, en plus des ‘cadeaux volontaires’ des habitants de Tonnerre lorsqu’ils rentraient d’autres territoires de la France.

De plus, sa réaction fut violente lorsque les habitants de Tonnerre lui demandèrent de payer les charges du péage provincial pour transporter leurs dus jusqu’à son château.

Les rumeurs disent que le feu du 8 juillet 1556 qui ravagea Tonnerre fut allumé par un des membres de sa retenue. Les dégâts de ce feu étaient énormes – 1390 livres, somme considérable pour l’époque.

Louise réussit à rebâtir la ville détruite, y compris son château, qu’elle renforça avec des fondations de pierre.

Louise mourut en 1596 à l’âge vénérable de 92 ans. Il lui restait peu d’argent et aucune progéniture.

Ses terres et son titre furent hérités par son neveu, Henri, fils d’Antoine de Clermont.

 

Source: La Famille des Clermont-Tonnerre depuis l’an 1070, Elisabeth de Gramont, 1950

 

Dernières nouvelles

>> <<